Sur la mise en place de logiciels de gestion dans l’industrie

Sur la mise en place de logiciels de gestion dans l’industrie

3 avril 2019 0 Par Simon L.

Il y a 2 semaines s’est tenu à Lyon le salon Global Industrie, un grand rassemblement des acteurs de l’industrie française et internationale. J’y étais, à l’écoute des tendances principalement sur la partie Smart Industrie, dans les domaines des outils GMAO, GPAO et MES.

Voici quelques éléments que j’en retire et qui se retrouve dans mon expérience :

Avancer par étapes

On y parle beaucoup de 4.0, d’outils novateurs, de capteurs, de maintenance prédictive etc.. Mais les industriels ayant mis en place ces technologies modernes sont clairs :

« Le 4.0 n’est pas efficace si on n’a pas mis d’abord en place le reste. Les changements doivent s’inscrire dans une logique d’ organisation »

Autrement dit, il faut y aller par étape, valider les résultats avant de voir plus grand.

Si on applique ce précepte à la mise en place d’une GMAO :
1/ Analyser la maintenance curative
2/ Mettre en place la maintenance préventive
3/ Et enfin seulement passer au niveau supérieur : la maintenance prédictive (qui permet d’affiner la maintenance préventive)

Planifier étapes par étapes

Dans le domaine de la gestion de production, la mise en place d’une démarche Lean va souvent précéder la mise en place d’une solution de suivi d’atelier, qui va permettre d’automatiser et d’uniformiser certaines actions.

« La mise en place d’un logiciel de gestion est un processus continu et non pas une fin en soi. »

Tenir compte de l’historique de l’entreprise

Les changements entrepris dans une entreprise doivent se faire en intelligence avec l’historique de celle ci. Aucun projet n’est identique à un autre. Il faut savoir prendre en compte ce qui a été fait ou pas, ce qui est nécessaire ou encore ce qui est négligeable.

Être une entreprise moderne pour attirer les talents

L’industrie d’aujourd’hui a du mal à attirer de nouveaux talents. C’est un fait. Elle est malheureusement perçue comme vieillissante.

L’introduction de nouvelles technologies dans les usines contribue donc à maintenir leur attrait pour les nouvelles générations. Travailler sur des outils connectés, en temps réels est proposé par la plupart des solutions GMAO et MES. Beaucoup d’usines fonctionnent toujours avec des Ordres de Travail Papier qui circulent entre les postes.

L’introduction de ces outils peut s’accompagner de création de postes.

« Les métiers déjà existants sont profondément transformés par les nouvelles technologies. C’est le cas des métiers de la maintenance, par exemple, où l’utilisation des big data, grâce à des capteurs, rend possible l’anticipation des pannes avant qu’elles ne se produisent (maintenance prédictive). De plus, quand ces pannes se produisent, leur résolution est facilitée par de nouvelles technologies comme la réalité augmentée ou grâce à des robots collaboratifs. »


https://www.economie.gouv.fr/particuliers/industrie-recrute

En plus d’attirer les talents, ces outils peuvent agir positivement sur la motivation des équipes, à condition de les intégrer rapidement dans le projet.

Mettre en place des indicateurs

Même si ce n’est pas toujours simple, dans tout projet, il faut des objectifs. Ils peuvent être très différents selon la structure : réduire la valeur du stock, améliorer le taux de disponibilité des machines, diminuer les temps de changement, améliorer la traçabilité, ..

Pour rappel, un objectif se doit d’être SMART
Spécifique : personnalisé
Mesurable : dans quelle quantité et comment le mesure t on?
Acceptable : partagé par les intervenants
Réaliste : il faut être cohérent avec ses possibilités
Temporellement défini : limité dans le temps avec une date butoir précise

Il faut donc mettre en place des indicateurs liés à ces objectifs, les suivre et les partager.